Évacuation des « Kulunas » à Kaniama Kasese: Fabrice Puela dénonce une relégation


Par Blanchi Lungala M

Les ministre congolais des Droits Humains, Fabrice Puela, condamne l’opération de transfert des bandits urbains communément appelés « Kulunas », vers le centre agricole de Kaniama Kasese, situé dans la province du Haut Lomami.

Le ministre n’a pas tardé à réagir après l’évacuation d’une nouvelle vague de Kulunas, le jeudi dernier, dont le nombre est estimé à 370.

Pour Fabrice Puela, cela est une pratique de relégation. La police touche aux droits humains.

 »Ces pratiques sont attentatoires aux droits humains et nous l’avons dit en son temps aux conseils des ministres. Nous sommes surpris de les voir encore. On les prend par force. Il faut que chacun donne son opinion. C’est une relégation », s’indigne le ministre.

Cependant, du côté de la police, le commissaire divisionnaire adjoint de la police, le Général Sylvano Kasongo, a rassuré que ces pratiques ne violent nullement les droits de l’homme.

 »Nous avons transféré des bandits reconnus par tous. Il n’y a pas d’innocents parmi eux. Ils sont partis pour le lavage de cerveau. Ce qui sont partis sont dans les bonnes conditions. Après la formation ils sont rémunérés. Nous les faisons dans le respect strict », a rassuré le général Sylvano Kasongo.

Il sied de noter qu’une nouvelle vague de 370 Kulunas a été envoyée depuis le jeudi dernier au central agricole de Kaniama Kasese.

Loading

2 Replies to “Évacuation des « Kulunas » à Kaniama Kasese: Fabrice Puela dénonce une relégation”

  1. La population kinoise souffre à cause de ces gens (Kulunas) par des agressions, vols, Tueries, Désordres,… Ils n’ont pas du boulot et leurs seuls moyens de vivre c’est d’agresser les gens, les volés, ravir,.. et ce que fait Sylvain kasongo est la meilleure solution, car il ne tue personne ; Lors que le premier groupe était parti, la ville, le march(zando et autres) étaient dans le calme.

  2. Complicité ou défense ? La sortie de son Excellence PUELA ne peut qu’etonner car le modus operandi de ces malfrats est bien connu : Ils sont ennemis de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *