Pétition contre Mboso: « Cette pétition aurait pu obtenir l’adhésion, si elle était en harmonie avec les états-majors de l’Union sacrée »,(Daniel Safu)


Par Bienvenu Musoy

Étant de l’Union sacrée de la nation, le député national, Daniel Safu, a déclaré devant la presse le mardi 14 septembre dernier que la pétition de déchéance initiée par son collègue Adrien Phoba contre le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, ne relève pas des états-majors au sein de l’Union sacrée, et renseigne que les députés ne sont pas là seulement pour des pétitions ou des motions, tout en reconnaissant que c’est un droit pour ces derniers.

« L’initiative liée à la pétition contre Mboso ne relève pas des états majors au sein de l’Union sacrée de la nation. Ni Jean-Pierre Bemba, ni Moïse Katumbi, encore moins la Dynamique des révolutionnaires ne sont concernés par cette initiative », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : »Il ne faut pas que nous puissions donner l’impression au peuple que nous sommes là uniquement pour des pétitions ou des motions. C’est une initiative qui relève du député lui-même, on ne saurait la condamner. Elle est rationnelle, car c’est dans l’exercice normal de son travail en tant que parlementaire ».

En outre, Daniel Safu renseigne que cette pétition n’émane pas de la majorité parlementaire, et n’a aucun effet sur le speaker de la chambre basse du parlement car il est le soutien des élus nationaux et « des esprits supérieurs ».

« Cette pétition aurait pu obtenir l’adhésion, si elle était en harmonie avec les états-majors de l’Union sacrée. Elle aurait pu nuire si elle était l’émanation de la majorité parlementaire. Mboso a le soutien à 182% des députés et des esprits supérieurs », martelé-t-il.

Et d’ajouter avec un ton exclamatif : « Demain, c’est la rentrée parlementaire. Que vive à jamais Mboso » !

Cet élu du peuple a rappelé qu’en faisant tomber le bureau Mabunda, il a construit le pouvoir de Mboso, et il ne peut pas s’hasarder à le détruire.

Le député Adrien Phoba a initié une pétition de déchéance contre son président du parlement pour plusieurs griefs notamment le blocage des initiatives législatives des députés nationaux durant des sessions entières, violant l’article 100 de la constitution.
La semaine dernière, ladite pétition avait déjà récolté 98 signatures des élus nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *