Sud-Kivu: les députés provinciaux exige l’exhumation du Rapport Mapping et l’installation d’un tribunal pénal international en RDC

Par René Bagalwa, à Bukavu

En République Démocratique du Congo, plusieurs organisations de la société civile exigent l’exhumation du Rapport Mapping et l’installation d’un tribunal pénal international pour juger les auteurs des massacres enregistrés en RDC depuis 1993 à nos jours .

Après ces organisations , cette fois c’est l’organe délibérant du Sud-Kivu qui a concédé le prix nobel le Dr Dénis Mukwege dans sa lutte de réclamer justice et la réparation des victimes .
pour concrétiser cette décision , l’Assemblée provinciale a procédé à la commémoration du 11 ème anniversaire de ces massacres à Bukavu ou plusieurs témoins et victimes ont livrés des témoignages sur les circonstances de ces massacres .

De 1993 à nos jours , triste histoire pour la RDC en général . Depuis plus d’une vingtaine d’années , ce sont des plaies et chocs qui caractérisent la communauté à cause des massacres perpétrés dans ce pays. II y a des années, le prix nobel Denis Mukwege se battait pour la justice transitionnelle et le tribunal pénal international dans ce pays.
Cette fois, l’histoire doit toucher à sa fin . Une catégorie d’officielles congolais se joint à lui . il s’agit des députés provinciaux qui se mettent à la place des victimes . Au cours de cette manifestation organisée au terrain de l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP Bukavu), l’un des lieux de massacres de 1996, le président de l’Assemblée provinciale Zacharie Lwamira n’a pas mâché ses mots : »Plus rien sera comme hier , nous voullons l’installation d’un tribunal pénal international en RDC pour soulager les victimes », a t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *