Kasaï-Central : clôture de la session de formation de vulgarisation d’un édit portant interdiction des coutumes avilisantes à l’égard de la femme


Par Pascaline Milemba

Clôture de la session de formation des vulgarisation de l’édit n’29 /k-c/ 2015 du 18 /05/2015 portant interdiction des coutumes avilisantes à l’égard de la femme dans la province du Kasaï-Central ainsi que les stratégies de la lutte contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre.

Organisée par le gouvernement provincial grâce à l’appui matériel et financier du programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) région du grand Kasaï. Cette formation dont les objectifs étaient d’amener les populations générales à comprendre l’importance des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et de sensibiliser la population sur les différentes causes et questions de conséquence de la prise en charge des survivants des VBG, a connue la participation de soixante-quatre acteurs engagés dans la lutte contre les VBG.

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de lutte contre les VBG dénommé « Justice, autonomisation et dignité de la femme et fille du Kasaï central »( JAD), qui est financée par les gouvernements des affaires mondiales au Canada et exécutée par trois agences des Nations-Unies sous la coordination globale du PNUD en collaboration avec le ministère du genre, famille et enfants.

Contents de l’initiative , plusieurs participants n’ont pas hésité de manifester leurs joies tout en remerciant le PNUD à travers son programme de lutte contre les VBG dénommé »JAD » qui ne cesse d’accompagner la province afin de mettre fin aux VBG et promettre la divulgation de toute les matières apprises au cours de 72 heures dans la salle de réunion du complexe scolaire la Reconnaissance se trouvant sur l’avenue Dibamda dans la commune et ville de Kananga.

Rappelons que cette formation a débutée le jeudi 02 décembre 2021 et s’est clôturée le samedi 04 décembre soit 3 jours, et s’inscrit dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme qui a été lancée le 27 novembre dernier par la ministre provincial du genre famille et enfants et va se clôturer le 10 décembre du mois en cours qui marque la journée internationale de droit de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *