RDC: Félix Tshisekedi salue le travail abattu par l’IGF au sommet pour la Démocratie organisé par Joe Biden


Par Joseph Tshibanda

Prenant parole ce jeudi 09 Décembre 2021, lors du Sommet pour la Démocratie organisé par le Président des États-Unis d’Amérique, Joe Biden, le Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a profité pour saluer les efforts de l’Inspection Générale des Finances (IGF), qui milite pour lutter contre la corruption en République Démocratique du Congo.

« Je ne pouvais, à mon accession au pouvoir, m’imaginer le degré de corruption qui rongeait mon pays. Afin de répondre à ce fléau et en vue de dégager les moyens nécessaires pour le développement économique et social de nos populations, j’ai engagé une lutte sans merci contre cette gangrène. Le renforcement de l’Inspection Générale des Finances (IGF) et la lutte qu’elle a menée sans désemparer contre les réseaux mafieux bien installés en République Démocratique du Congo ont permis à l’État de commencer à engranger des dividendes de la lutte anti-corruption qui contribuent à l’assainissement de nos finances publiques », a dit Félix Tshisekedi

Par ailleurs, le Chef de l’État a affirmé que ces efforts sont actuellement concentrés sur le secteur minier et le réexamen des contrats parfois léonins signés dans ce domaine, en vue d’un rééquilibrage des partenariats et ce, dans l’objectif de les rendre plus équitable.

« Fort des résultats obtenus à ce jour, je m’engage à poursuivre cette lutte contre la corruption sous toutes ses formes, en adoptant, notamment, les mesures suivantes: Le renforcement et l’autonomisation de l’Agence nationale de la lutte contre la corruption ; Le renforcement de la Cour des comptes et des cours et tribunaux ; La réforme des lois anti-corruption et ; L’orthodoxie dans la gestion transparente des ressources publiques et de l’exécution du budget de l’État » A-t-il poursuivi

Le Président des États-Unis d’Amérique, Joe Biden a réuni 111 pays pour ce « sommet pour la démocratie » qui a déclenché l’ire de la Chine et de la Russie, non invitées. L’événement, organisé virtuellement à Washington pour cause de pandémie de Covid-19, se veut selon la Maison Blanche révélateur du combat entre les démocraties et les dictatures et régimes autocratiques, au coeur de la politique étrangère de Biden.

 137 vues totales,  2 vues aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.