Journée Internationale de l’Enfant Africain : la Fondation Kibwana Assistances au chevet des orphelins d’Ameema à N’djili


Par Agape Ntona

Des sacs de riz, de lait, d’haricots, de sucres, bref, des vivres d’un approvisionnement d’autant de mois. Des produits cosmétiques et des vêtements, mais aussi une enveloppe costaude, c’est tout ce que la Fondation Kibwana Assistances a prévu pour à aller à la rescousse des enfants logés à l’Association des mamans Encadreuses des Enfants Mal-nourris et Abandonnés (AMEEMa).

C’était à l’occasion de la Journée Internationale de l’Enfant Africain, célébrée le 16 juin de chaque année, que la Fondation initiée par Haridja Kibwana Raïssa, est allée prêter sa main forte aux enfants de cet orphelinat niché dans le quartier 7 (Commune de N’djili), à Kinshasa.

Seuls les présents n’ont pas suffit, madame Haridja, a été également porteuse d’un message de réconfort et d’espoir aux enfants abandonnés. À l’en croire, le mot « orphelin » la chiffonne.

« Ma présence ici aujourd’hui c’est pour célébrer l’Enfant Africain, vous savez que le 16 juin de chaque année, on célèbre l’Enfant Africain. Et aujourd’hui, moi comme une Fondation, j’ai voulu passer ma journée avec les « orphelins ». C’est un mot qui me chiffonne, mais il faut que je le dise quand-même. Je suis en effet passée réconforter les enfants, leur demander d’être forts; ils ne sont pas seuls, ils sont avec moi leur maman (…) Je ferai tout ce que je pourrai à mon niveau pour qu’ils soient bien, pour qu’ils soient heureux », a expliqué la présidente de la Fondation Kibwana Assistances.

En outre, Haridja Kibwana a exprimé son envie de voir ces enfants être bien encadrés, afin que l’avenir de la RDC soit rassuré. D’après elle, à l’ère de la gratuité de l’Enseignement de base instaurée par le chef de l’État, aucun enfant ne doit plus rester à la maison pour manque des moyens financiers.

« J’ai besoin qu’ils (les enfants) soient bien encadrés, qu’ils aient une bonne éducation, qu’ils fréquentent des bonnes écoles, mais aussi vous savez qu’il y a la gratuité de l’Enseignement; le chef de l’État a lancé cela et je ne comprends pas pourquoi jusqu’à présent y a des enfants qui ne vont pas à l’école. Entant que mère, entant que Fondation, je ferai ce que je pourrai pour que ces enfants là profitent aussi de l’éducation comme tout autre enfant, ils en ont le droit », a-t-elle dit.

Et d’ajouter : « Je demande aux autorités de faire le suivi partout, dans toutes les écoles pour permettre à ce que tous les enfants bénéficient de la même éducation. Qu’elles prêtent attention à tous les enfants, qu’il y ait un bon suivi pour tout le monde, pour tous les enfants, parce-qu’aujourd’hui il y’a la gratuité ! Il y’a des enfants que vous avez vu là, ce sont des petits enfants de l’école primaire, mais quand on me dit qu’il n’y a pas des moyens pour envoyer ces enfants là à l’école, je ne comprends pas si on demande le minerval; concrètement je ne sais pas ».

Il sied de signaler que la Fondation Kibwana Assistances, milite pour offrir aux personnes démunies notamment les enfants, une sécurité alimentaire, faciliter l’accès aux soins de santé et l’éducation, tout en prenant soin de leur environnement.

 19 vues totales,  1 vues aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.