Le Président Tshisekedi au chevet des victimes de la marche de l’opposition


Par la Rédaction

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a fait la ronde des centres hospitaliers ayant reçu les malades victimes de la marche de l’opposition. Il a fait cette descente sur le terrain ce lundi 22 mai à Kinshasa dans le souci d’apporter un réconfort moral à toutes ces victimes.

Le Chef de l’État a visité en premier le jeune Roger Masasu dit Junior, interné dans un centre hospitalier du quartier Debonhomme à la suite de son interpellation musclée. Trouvé en première ligne parmi les délinquants qui avaient lancé l’intifada mortel contre les policiers, ce mineur avait été exfiltré manu militari.

Les bourreaux ont été arrêtés tandis que le jeune homme, hors du danger, s’est remis de son traumatisme. Devant ses parents, Félix Tshisekedi a longuement échangé avec cet enfant visiblement instrumentalisé .

Malgré sa délinquance juvénile, rien ne pouvait expliquer la violence disproportionnée exercée sur lui, a dit le Chef de l’Etat.

Élève en 6ème primaire, Roger a juré pour sa part de ne plus servir de marche pied aux politiques.

La Clinique La candeur de Limete a reçu 18 policiers blessés par des jets de pierre au niveau de l’avenue Kianza, réputé repère des jeunes dilinquants Kulunas.

8 blessés légers sont sortis d’hôpital dans la matinée de ce lundi tandis que 11 portent encore des symptômes de traumatisme intracrânien.

Malgré leur état relativement stable, ils attendent des examens approfondis.

Au Président de la République, ces policiers ont raconté le récit des attaques à la machette et autre gourdins de la part des gangs coalisés. Réconfortés par la visite du Chef de l’État, ces policiers ont réaffirmé servir sous le drapeau malgré les attaques subies.

Le Président de la République Félix Tshisekedi a bouclé sa tournée par l’Hopital HJ de Limete qui a reçu aux services d’urgence la journaliste Geonne Djoko. La rédactrice de la web télévision Congo Lisanga était prise en étau par deux gangs qui voulaient lui ravir son matériel de travail.

Après avoir résisté, elle s’en est sortie avec un coup de machette à la tampe. Sa vie est hors du danger et elle poursuit des soins appropriés.

Partout où le Chef de l’État est passé, la prise en charge est assurée par l’État congolais et aucun mort n’a été signalé ni constaté, contrairement aux rumeurs répandues par certains politiques en quête du sensationnel.

Le non respect de l’itinéraire préalablement établi de commun accord entre les organisateurs de la marche du 20 mai dernier et l’autorité urbaine de Kinshasa a provoqué quelques échauffourées entre les forces de l’ordre et les participants.

Parmi les victimes figurent une vingtaine des policiers et un mineur dont la brutalité dans l’opération de maîtrise a été unanimement condamnée.

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *