27 septembre 1996 : les Talibans s’emparent de Kabul (Afghanistan)


Chronique de Benjamin Babunga

CE JOUR-LA..

27 septembre 1996, les Talibans s’emparent de Kaboul. Ils y instaurent l’Émirat islamique d’Afghanistan. À ce moment-là, ils sont encore considérés comme des alliés par l’Occident. La SecEtat américaine (Madeleine Albright) saluera même cette prise comme « un pas positif ».

Les forces du commandant Ahmed Shah Massoud, qui soutenaient le régime du Pdt Burhanuddin Rabbani et du Premier ministre Gulbuddin Hekmatyar, vont se replier sur le Panshir, province tadjike du nord du pays à partir de laquelle il avait mené sa lutte contre les soviétiques.

Les talibans assassinent l’ancien président Mohamed Najibullah qui était réfugié dans les locaux de l’ONU depuis avril 1992. Puis, le chef des Talibans, Mohamed Omar, nomme un gouvernement intérimaire dirigé par un mollah, Mohamed Rabbani.

Mohamed Rabbani va décréter l’instauration d’un « système totalement islamique », qui impose notamment aux femmes de ne pas travailler et aux hommes de porter la barbe. Des dizaines de milliers d’habitants fuient Kaboul. Les talibans poursuivent leur progression vers le nord.

En août 1998, les talibans s’emparent de Mazar-i-Sharif, la capitale du Nord, et de Bamyan, capitale des Hazaras chiites. Pendant toute leur conquête du pays, les talibans ont le soutien des occidentaux et des américains.

Le mouvement des talibans est apparu à l’été 1994 dans le Sud de l’Afghanistan, fondé par le mollah Mohammad Omar, avec une volonté affichée de « pacifier » le pays, au lendemain de l’occupation soviétique. Il est alors composé d’étudiants, majoritairement pachtounes.

Ils ont été formés au courant deobandi, une école de pensée qui prône le retour à « un islam pur », dans des écoles coraniques privées appelées « madrassas » au Pakistan voisin. Leur influence va très vite se manifester dans presque toutes les régions de l’Afghanistan.

Mais après les attentats contre les ambassades des USA au Kenya et en Tanzanie, les Américains vont considérer les Talibans comme un soutient d’Al-Qaïda et son chef, Oussama Ben Laden. Les Américains abandonnent le mouvement lorsqu’il refuse de leur livrer Ben Laden.

 9,506 vues totales,  3 vues aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *